Provence romaine : histoire et patrimoine

La Maison carrée, à Nîmes (Gard). Un temple quasi intact construit vers l'an 5 !

La Maison carrée, à Nîmes (Gard). Un temple quasi intact construit vers l’an 5.

“Provincia Romana”. C’est de Rome que la Provence tire son nom. La colonisation romaine y a été forte, profonde et réussie. Les traces monumentales qu’il en reste sont exceptionnelles par leur importance, leur état de conservation et leur concentration.

La ville de Rome n’a pas d’arc de triomphe plus beau que celui d’Orange dont le théâtre est aussi un des mieux conservés du monde antique. La Maison Carrée de Nîmes est un temple qui nous est parvenu presque intact. Le Pont-du-Gard défie les siècles et force notre admiration comme les amphithéâtres (“arènes”) d’Arles et de Nîmes. Le Trophée de La Turbie, à la gloire d’Auguste, illustre bien cette Rome triomphale, conquérante et impériale.

Voie urbaine. Vaison-la-Romaine (Vaucluse).

Voie urbaine. Vaison-la-Romaine (Vaucluse).

Mais, de la terre provençale ont été aussi exhumées des cités qui nous révèlent la vie quotidienne des hommes de ces temps. À Vaison et à Saint-Rémy (Glanum), on parcourt des rues dallées qui furent bordées de portiques, de boutiques, de marchés et d’habitations riches ou pauvres ; on reconnaît ici un atrium, là un péristyle, là un jardin ; on rêve devant une source sacrée ou des autels dédiés à Jupiter, Silvain, Hercule ou à un dieu local. À Cimiez, quartier de Nice, on comprend toute l’importance qu’ont eu les thermes (établissements de bains publics) pour les Romains. Fréjus évoque la vie d’une petite ville de garnison qui fut aussi un port important.

Une multitude d’autres vestiges, moins spectaculaires mais souvent beaux et émouvants, parsèment la Provence. Au fil de vos pérégrinations et de ces pages, vous découvrirez les élégantes colonnes des temples de Riez et de Vernègues, le merveilleux pont Flavien à Saint-Chamas, le robuste pont Julien, près d’Apt, la mystérieuse source du Val des Nymphes, l’impressionnante Rochetaillée à Mons, ou l’humble mausolée de La Penne-sur-Huveaune.

Le guerrier de Vachères. Musée lapidaire, Avignon.

Le guerrier de Vachères. Musée lapidaire, Avignon.

Les Romains ne sont pas arrivés sur un territoire vierge. Les légions de Sextius, puis de Marius, de César et enfin d’Auguste, ont eu à combattre des peuples gaulois farouchement attachés à leur indépendance. La bataille décisive a eu lieu en 123 avant J.-C. Pourtant, entre révoltes, soumissions, rebellions et intégrations, les combats ont encore duré plus d’un siècle. Ce n’est qu’au début de notre ère, sous l’Empire, que la “pax romana” s’est imposée. Peuples celtes et colons latins se sont mélangés, donnant naissance à une civilisation gallo-romaine originale.

De cette époque antérieure à la conquête, longtemps n’ont été connu qu’Entremont, l’ancienne capitale des Salyens, près d’Aix, quelques lieux déserts, ceints de remparts de pierres sèches, et un sanctuaire, Roquepertuse. Les statues, jugées frustes, de guerriers accroupis et les piliers où étaient présentés des crânes humains qu’on y a découvert, ont alimenté la vision de peuples “barbares”, “civilisés” par les Romains. Depuis vingt ans, des fouilles nouvelles sur les sites indigènes très nombreux en Provence, ont changé notre appréciation de ces peuples et modifié les interprétations anciennes. Ce qui émerge aujourd’hui, c’est une civilisation celte complexe socialement, riche d’un savoir-faire technique évolué et imprégnée de croyances fortes et originales. La place-forte de Saint-Blaise, entre Istres et Miramas, en fournit un exemple. Ce site indubitablement gaulois a longtemps été attribué aux Grecs de Marseille car on ne pouvait pas concevoir que des peuplades autochtones aient pu construire une telle ville. Pourtant, près d’un siècle avant la fondation de la cité phocéenne, ces Gaulois commerçaient avec les Phéniciens, les Étrusques et les Grecs.

Le patrimoine protohistorique commence à peine à être mis en valeur et l’exemple de Martigues mérite d’être suivi. Cette ville a créé une vitrine archéologique où sont présentées des cases gauloises reconstituées à l’emplacement même où leurs traces ont été trouvées.

La Tarasque de Noves. Musée de l'Arles Antique.

La Tarasque de Noves. Musée de l’Arles Antique.

La fondation de Marseille, en 600 avant J.-C., a marqué un tournant dans l’histoire de ce pays. Les Phocéens, des Grecs d’Asie Mineure, se sont installés sur le littoral et ont édifié une puissante cité qui ensuite a essaimé des comptoirs le long du rivage méditerranéen entre l’Espagne et l’Italie. Durant six siècles, il y a eu échanges, confrontations et souvent affrontements entre les Marseillais et les peuples de l’intérieur. L’influence des Grecs sur les Celto-Ligures est très réelle, notamment dans l’urbanisme, la céramique et l’écriture, mais il n’y a pas eu fusion ou absorption de l’une par l’autre, contrairement a ce qui se passera plus tard avec la colonisation romaine. Si l’on gratte la terre un peu plus profondément, sous les villes romaines apparaissent les villages indigènes et des établissements massaliotes. C’est le cas à Arles, Avignon, Glanum, Orange… Marseille n’a retrouvé son passé antique qu’en 1967, lorsque ont été mis à jour le rempart et la porte est de la ville hellénistique et l’extrémité du port greco-romain.

Le sol de Provence, mais aussi ses côtes, recèlent encore des traces isolées de son riche passé gallo-romain. Au hasard d’un labour, d’un terrassement ou d’une plongée en mer, on y a découvert, et on y découvre encore, une statue, un autel, un linteau gaulois, une sépulture, un lot de monnaies, une épave remplie d’amphores… Tous ces trésors aboutissent dans les musées où ils côtoient les plus belles pièces découvertes sur les grands sites et les témoignages de la vie quotidienne et de la vie spirituelle de nos ancêtres : bijoux, objets de parure, objets de toilettes, outils, armes, vaisselles, verreries, offrandes votives, statuettes cultuelles, talismans… Ces menus objets nous rendent ces hommes du passé plus intimes, plus proches de nous.

Voir également : Provence romaine et pré-romaine, le guide

Tête de Silène. Musée d'archéologie d'Antibes.

Tête de Silène. Musée d’archéologie d’Antibes.

Maquette de l'antique Massalia. Musée d'histoire de Marseille.

Maquette de l’antique Massalia. Musée d’histoire de Marseille.

Maquette de l'Arelate. Musée de l'Arles antique.

Maquette de l’Arelate. Musée de l’Arles antique.

La cité gallo-romaine de Glanum. Saint-Rémy-de-Provence.

La cité gallo-romaine de Glanum. Saint-Rémy-de-Provence.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s