Fêtes de la vigne et du vin en Provence

En Provence, la vigne et le vin ont eu dès l’antiquité greco-romaine une grande importance qui n’a jamais faiblit au cours des temps. Les vignobles ont façonnés une grande partie de nos paysages et le vin a été à la fois la boisson du peuple et celle de ses élites. Cette place éminente se retrouve dans la culture populaire et dans les nombreuses fêtes agraires qui étaient consacrées au divin nectar et à sa culture. Il en reste quelques unes aujourd’hui. Certaines ont même pris une grande importance dans l’affirmation de l’identité provençale.

Confréries de vignerons, lors du Ban des vendanges à Avignon.

Confréries de vignerons, lors du Ban des vendanges à Avignon.

Fête des vendanges à La Cadière-d'Azur (Var).

Fête des vendanges. La Cadière-d’Azur.

Danses paysannes, lors de la Saint-Marc à Villeneuve-lès-Avignons (Gard).

Danses paysannes, lors de la Saint-Marc à Villeneuve-lès-Avignons.

Ces fêtes accompagnent le cycle végétal de la vigne, de la floraison au murissement du raisin et à sa récolte : les vendanges. Dans une Provence à forte tradition catholique, elles sont presque toujours placées sous le patronage d’un saint. Ici, pour la vigne et le vin, saint Marc et saint Vincent sont le plus souvent invoqués, mais l’on trouve aussi saint Marcellin et, à Avignon, saint Agricol.

Gravure représentant saint Vincent.

Saint Vincent

Messe champêtre, parmi les vignes et les chênes verts, à la chapelle Saint-Marcellin à Rognes (Bouches-du-Rhône).

Messe champêtre, parmi les vignes et les chênes verts, à la chapelle Saint-Marcellin à Rognes (Bouches-du-Rhône).

Voici quelques-unes de ces fêtes, parmi les plus traditionnelles.

Fête de la Saint-Marc
Villeneuve-lès-Avignon (Gard). Autour du 25 avril.

Cette fête de printemps, destinée à l’origine à favoriser la fécondité de la terre et, dans ce cas, la croissance de la vigne, est placée sous le patronage de saint Marc, patron des vignerons. Même si à Villeneuve le vignoble a beaucoup régressé, elle a gardé ici un éclat exceptionnel.
Samedi : arrachage de la souche
Cela commence par des aubades musicales et des hommages à des personnalités, vivantes ou mortes, ayant œuvré pour la défense de la langue et des traditions provençales. Une charrette garnie de verdure et de fleurs parcourt la ville. Elle transporte, brandie au bout d’une pique, la souche de l’année passée. L’attelage s’engage ensuite dans la campagne et se rend jusqu’à une vigne. La confrérie y procède à l’intronisation de ses nouveaux membres et une souche nouvelle est cérémoniellement arrachée. La journée se clôt par la danse de la souche dans la cour du mas du prieur de l’année.
Dimanche : messe et brûlement de la souche
La matinée s’ouvre sur une messe en provençal. Le buste de saint Marc et la souche, fleurie et enturbannée, sont présents dans le chœur. A l’issue de la cérémonie, des brioches bénies sont vendues au profit de la confrérie. Ensuite, la souche, présentée par un jeune homme en habit de marié, est le centre d’une danse spectaculaire qui met en valeur la grâce mais aussi les talents acrobatiques des danseurs. Puis, musiciens et danseurs précèdent la charrette ramée pour une nouvelle balade par les rues de la ville. L’après-midi se passe encore en musique et en danses : danses paysannes, danses de métiers et farandoles. A la nuit tombante, un feu de sarments est allumé. La souche y est brûlée solennellement. La soirée se termine par une folle farandole ; danseurs et public serpentent sous la souche calcinée portée haut par les fourches tenues par des membres de la confrérie.

Procession des bouteilles
Boulbon (Bouches-du-Rhône). 1er juin, 18h.

Saint-Marcellin à Boulbon (Bouches-du-Rhône). Procession vers la chapelle.

Saint-Marcellin à Boulbon (Bouches-du-Rhône). Procession vers la chapelle.

Saint Marcellin, bon pour l’eau, bon pour le vin !
En l’an 304, Marcellin, prêtre de Rome, refuse de faire les sacrifices aux faux dieux. Jeté au cachot, il tombe sur des débris de poteries. Il ramasse alors un tesson d’amphore tâché de son sang, le présente au ciel et dit : “Seigneur, je vous offre ceci en sacrifice”. Miracle ! Il tient entre ses mains une amphore pleine de vin. Chaque année, le 1er juin, à 18 h précise, les hommes du village, une bouteille à la main, portent le buste du saint en procession de l’église paroissiale à la chapelle Saint-Marcellin. Dans la vieille chapelle romane, le prêtre bénit le breuvage puis chacun en boit une gorgée. Dans ce pays de vignes, cette cérémonie était destinée à favoriser la venue de la pluie, donc une bonne récolte. Elle protégeait aussi le village des inondations car le Rhône est tout proche ; d’où le proverbe : “Sant Marcelin, bon per l’aigo e bon per lou vin”.
Dans la croyance populaire, ce vin bénit avait la réputation d’être un “remède” qui protégeait des maladies pour l’année. Jusqu’en 1996, la cérémonie était strictement interdite aux femmes.

Saint-Marcellin à Boulbon (Bouches-du-Rhône). On goûte le vin bénit dans la chapelle.

Saint-Marcellin à Boulbon (Bouches-du-Rhône). On goûte le vin bénit dans la chapelle.

La Véraison
Châteauneuf-du-Pape (Vaucluse). Premier week-end d’août.

La véraison, c’est la période où les grains de raisin commencent à rougir. Ce moment particulier, qui se produit début août, est célébré à Châteauneuf-du-Pape par une grande fête en l’honneur du vin du pays dont l’appellation d’origine contrôlée (A.O.C.) est renommée bien au-delà de nos frontières. Le principe est simple, on achète son verre pour une somme modique, puis… en avant pour la tournée des caves ! Les producteurs locaux vous font déguster – avec modération – leurs meilleures cuvées. Ces agapes se déroulent au sein d’un village qui retrouve, pour un week-end, la vie, les couleurs et l’animation du temps, le XIVe siècle, où Châteauneuf était la résidence d’été des papes.

Fête de la Véraison. Châteauneuf-du-pape (Vaucluse). Dégustation, de cave en cave…

Fête de la Véraison. Châteauneuf-du-pape (Vaucluse). Dégustation, de cave en cave…

Ban des vendanges
Avignon (Vaucluse). Fin août ou tout début septembre.

Ban des vendanges. Avignon. Maîtres des confréries, dans l'église Saint-Agricol.

Ban des vendanges. Avignon. Maîtres des confréries, dans l’église Saint-Agricol.


Le ban des vendanges correspond au moment où les autorités déclarent ouvertes les vendanges sur un territoire. À Avignon, c’est l’occasion d’une grande fête. Elle n’est pas très ancienne mais correspond bien à l’âme de ce pays où le vin est d’abord un art de vivre avant d’être une boisson ou un commerce. Avignon est le grand rendez-vous des Confréries viticoles (elles y sont toutes), mais aussi de la truffe, de l’olive, de l’ail, de la cerise, etc. Le défilé en grand habit de toutes ces sociétés faisant cortège au buste reliquaire de saint Agricol, vaut d’être vu. Après une messe colorée, le saint est porté en procession jusqu’à l’Hôtel de Ville, puis sur le Rocher des Doms, où est alors vendangée la petite vigne qui a été plantée face au Rhône.

Ban des vendanges. Avignon. Procession devant le Palais des Papes

Ban des vendanges. Avignon. Procession devant le Palais des Papes

Les fêtes des vendanges
Septembre

Si vous habitez en Provence, il y a forcément, en automne, une fête du vin ou des vendanges dans un village ou une ville près de chez vous. Écartez celles qui ne sont que des foires commerciales et cherchez celles qui sont de vraies fêtes qui engagent le village, les vignerons du cru et tous les habitants du terroir. Les animations n’y sont pas toujours très sophistiquées mais ont l’attrait de la sincérité. Vous verrez aussi que quelquefois la créativité populaire nous réserve de belles surprises.

Fête des vendanges. La Cadière-d'Azur. AOC Bandol.

Fête des vendanges. La Cadière-d’Azur. AOC Bandol.

A voir aussi : Fêtes en Provence, Alpes, Côte d’Azur : le guide

Publicités