Chapelle Notre-Dame-du-Rouet

À Carry-le-Rouet (Bouches-du-Rhône)

Chapelle Notre-Dame-du-Rouet. Carry-le-Rouet (Bouches-du-Rhône).

Chapelle Notre-Dame-du-Rouet. Carry-le-Rouet (13).

Situation

La chapelle s’élève sur le Cap de la Vierge, un promontoire rocheux qui surplombe la mer, entre la plage du Rouet à l’est et la calanque des Eaux-Salées à l’ouest. La tradition locale fait remonter le sanctuaire au « temps des Sarrasins ». Cependant, l’édifice actuel a été construit au milieu du XVIIe siècle en remplacement d’une chapelle plus ancienne. Il a été maintes fois remanié et relevé depuis. Outre sa situation remarquable, qui offre un magnifique panorama sur la Côte Bleue d’un côté et sur la rade de Marseille de l’autre, l’intérêt de cette chapelle réside dans le fait qu’elle abrite une Vierge noire.

Chapelle Notre-Dame-du-Rouet. Carry-le-Rouet (Bouches-du-Rhône). Cap de la Vierge.

Chapelle Notre-Dame-du-Rouet. Carry-le-Rouet (13). A l’intérieur du cap de la Vierge.

Chapelle Notre-Dame-du-Rouet. Carry-le-Rouet (13). A l'intérieur du cap de la Vierge.

Chapelle Notre-Dame-du-Rouet. Carry-le-Rouet (13). Cap de la Vierge.

Histoire

Le plus ancien document qui fait état de la chapelle date de 1253 (fonds Saint-Sauveur, aux archives départementales des Bouches-du-Rhône). Il stipule :  » Notre-Dame du Rouet était une vigie de l’abbaye de Saint-Victor dont elle a été, un temps propriété dominicale. Recevant à ce titre, la salutation première des navires rentrant de longs voyages et arrivant du ponant ».

Les fondations d’une chapelle antérieure à l’édifice actuel sont visibles au nord-ouest du site. Cette ancienne chapelle était proche du bord de la falaise qui domine la plage de Carry. Elle se serait appelé la « chapelle du désespoir », car, au Xe siècle, selon la tradition locale, les habitants venaient s’y réfugier en cas d’attaque des pirates Maures. Au Moyen Âge, la chapelle est ensuite citée dans divers documents en 1278, 1290, 1302 et 1370. Grâce a sa position privilégiée, le lieu a aussi servi de vigie pour la surveillance du littoral.

Notre-Dame-du-Rouet. Carry-le-Rouet (13). Fondations de la chapelle du Moyen Âge.

Chapelle Notre-Dame-du-Rouet. Carry-le-Rouet (13). Fondations de la chapelle du Moyen Âge.

Chapelle Notre-Dame-du-Rouet. Carry-le-Rouet (13). Fondations de la chapelle du Moyen Âge.

Chapelle Notre-Dame-du-Rouet. Carry-le-Rouet (13). Fondations de la chapelle du Moyen Âge.

Notre-Dame-du-Rouet. Vue sur la plage de Carry, à partir de l'emplacement de la chapelle moyenâgeuse.

Notre-Dame-du-Rouet. Vue sur la plage de Carry, à partir de l’emplacement de la chapelle moyenâgeuse.

Le revenu tiré de l’élevage d’un petit troupeau de moutons, qui pâturait sur le cap, permettait l’entretien du bâtiment. « La chapelle profite de la coupe de bois de pins qui croissent sur le rocher et sur les parties escarpées, et d’un troupeau de douze moutons, dont le produit, d’environ cent francs par ans, est remis à l’église. Cette possession de Notre-Dame-du-Rouet est fort ancienne. Le petit troupeau a été conservé pendant la Révolution en des mains fidèles. Quand au titre qui en assurait la propriété à la chapelle, nous n’avons pu le retrouver. » rapporte Régis de la Colombière, dans un opuscule paru en 1867.

En 1653, à l’initiative de la famille Gérente, les seigneurs du Rouet, une nouvelle chapelle est construite plus à l’intérieur du cap. Cette date a été inscrite sur le linteau de la porte lors d’une restauration ; auparavant elle était gravée sur l’arceau de l’entrée principale.

Notre-Dame-du-Rouet. Vierge noire. Carry-le-Rouet (13). Intérieur de la chapelle.

Notre-Dame-du-Rouet. Carry-le-Rouet (13). Intérieur de la chapelle.

À diverses époques, des ermites on occupé les lieux. Le dernier, qui s’appelait Jacques, est mort en 1912.

Dans la nuit de Noël 1821, une violente tempête mis à mal la chapelle. En 1877, l’édifice est relevé et agrandi. À cette occasion, une inscription est gravée ; quoique la pierre ait été brisée, on a pu en reconstituer le texte :

« Ce pieux sanctuaire, érigé dans le XVIIe siècle en l’honneur de Notre Dame du Rouet, pour remplacer l’antique chapelle qui existait déjà à l’époque des premières apparitions des Sarrasins, a été réparé et prolongé en l’an 1877, sous le pontificat de Pie IX et l’épiscopat de Mgr Forcade, grâce à la générosité des fidèles, par M. Coulet, sous l’administration de l’abbé Joseph Jailler, curé de Carry, Desplans Emmanuel Joseph, et Laurent André étant prieur ».

Notre-Dame-du-Rouet. Carry-le-Rouet (13). Pierre gravée en 1877.

Chapelle Notre-Dame-du-Rouet. Carry-le-Rouet (13). Inscription gravée en 1877.

Après la Première Guerre mondiale, le sanctuaire à l’abandon se dégrade. À la fin de la Seconde Guerre, lors de la Libération, il est touché par un bombardement. Dans les années 50, les bâtiments sont quasi en ruines. Ce n’est qu’à partir de 1966 que la chapelle est relevée par les habitants de Carry sous l’impulsion de leur curé, grâce aux dons des fidèles et à l’aide de la municipalité. Trois vitraux conçus et réalisés par le père Antoine Simoni, ancien curé de Carry-le-Rouet éclairent désormais la chapelle.

Elle est depuis régulièrement entretenue et a retrouvé sa fonction sacerdotale : des messes y sont célébrées à l’occasion de pèlerinages locaux et des fêtes mariales. La fête principale a lieu le 2 février, pour la Chandeleur, et, le 8 septembre, on y vient pour la fête de la Nativité de la Vierge Marie, suivie par une Bénédiction des bateaux.

Chapelle Notre-Dame-du-Rouet. Carry-le-Rouet (13). Vitraildu père Simoni.

Chapelle Notre-Dame-du-Rouet. Carry-le-Rouet (13). Vitrail : les Saintes Maries de la mer.

La Vierge noire

La Vierge noire Notre-Dame-du-Rouet.

Notre-Dame-du-Rouet. Vierge noire.

« Les habitants de Carry assurent que leur chapelle du Rouet a été construite tout près de l’endroit où une statue de la Vierge fut miraculeusement découverte par une chèvre qui, à maintes reprises, et quoiqu’on la retînt, était venue flairer le sol et le gratter» nous dit Régis de la Colombière (opus cité plus haut).

Selon une autre source : « Un berger à la recherche de son chevreau perdu, retrouva celui-ci au fond d’une crevasse, grattant le sol. A cet endroit, il découvrit la statue de la Vierge recouverte de bandelettes ».

La statue de la Vierge noire qui vous accueille aujourd’hui, à l’intérieur, Notre-Dame-du-Rouet, est représentée assise, allaitant l’Enfant Jésus. Cette statuette est une copie car l’original a été mis à l’abri à la suite de déprédations subies par la chapelle. La statuette ancienne vénérée par la population locale et les marins entrant en rade de Marseille était taillée dans un bois sombre et reconnue comme Vierge noire. Elle devait elle-même avoir remplacé une statue antérieure, puisque son style l’apparente au XVIIe siècle et non aux vierges romanes du Moyen Âge.

Notre-Dame-du-Rouet. Vierge noire. Carry-le-Rouet (13). Intérieur de la chapelle.

Notre-Dame-du-Rouet. Vierge noire. Carry-le-Rouet (13).

Jadis les murs étaient couverts d’ex-voto. «  Les anciens affirment qu’autrefois les murs étaient tapissés de ces ex-voto, mais qu’un curé peu confiant en la protection de la Vierge invoquée dans cet oratoire, les enleva et les jeta au feu. Dès que l’on eu connaissance du fait, toute la population se mit à la poursuite du curé pour lui infliger une punition exemplaire, mais celui-ci pu se sauver dans une barque. On raconte que dès qu’il fut sur mer, une tempête horrible s’éleva soudain… et l’obligea sans doute à se recommander à la Bonne Mère… Il fut retiré des flots par quelques-uns de ceux qui l’avaient poursuivi, et les habitants ne le respectèrent que parce qu’il promit de quitter le pays le même jour. Ce qu’il fit. » (Régis de la Colombière)

Un pèlerinage avait lieu pour la Chandeleur, le 2 février. Ceci est à rapprocher de la fête de la Chandeleur à l’abbaye Saint-Victor de Marseille. C’est à cette date que Notre-Dame-de-Confession, la Vierge noire de Saint-Victor, est fêtée par une messe et une procession avec bénédiction de la mer. Or, l’abbaye Saint-Victor fut, au Moyen Âge, propriétaire de la chapelle du Rouet.

Au XIXe siècle encore, au mois de mai (mois de Marie), Notre-Dame-du-Rouet était sortie de sa chapelle et portée en procession jusqu’à l’église du village où elle passait quinze jours avant d’être remontée vers son sanctuaire face à la mer.

Oratoire, sur le chemin de la montée à Notre-Dame-du-Rouet

Oratoire, sur le chemin de Notre-Dame-du-Rouet.

Notre-Dame-du-Rouet. Panorama sur la Côte Bleue (à l'ouest).

Notre-Dame-du-Rouet. Panorama sur la Côte Bleue (à l’ouest).

Notre-Dame-du-Rouet. Cap de la Vierge. Côté est.

Cap de la Vierge. Côté est.

Notre-Dame-du-Rouet. Cap de la Vierge. Côté est. Au fond, la rade de Marseille.

Notre-Dame-du-Rouet. Cap de la Vierge. Côté les Eaux-Salées. Au fond, la rade de Marseille.

Source principale
Marcel-Blaise de Régis de la Colombière – Chapelle de Notre-Dame du Rouet (commune de Carry-le-Rouet) : autres chapelles et monuments dédiés à la Sainte-Vierge existant le long de la côte n.-o. de la rade de Marseille (la Nerte, le Rove, Ensués, le Rouet et Carry) ; notice par M. de Régis de la Colombière – Opuscule paru en 1867.
[L’abbé De Régis de la Colombière était prêtre, historien et, on peut le dire, ethnographe avant l’heure. Ses ouvrages historiques et religieux sont oubliés, mais son livre : Les Cris populaires de Marseille, locutions, apostrophes, injures, expressions proverbiales, traits satiriques… paru en 1868, reste une référence sur la vie et les mœurs à Marseille au XIXe siècle.]

Sources secondaires
Office de tourisme de Carry-le-Rouet
Sites :
http://www.otcarrylerouet.fr/chapelleNDdamedurouet.htm
http://chapelles.provence.free.fr/carrylerouetnddurouet.html
http://www.gralon.net/tourisme/loisirs-culturels/info-chapelle-notre-dame-du-rouet-carry-le-rouet

Voir également : Vierges noires de Provence

Publicités